En savoir plus…

En cours de rédaction.

Le projet Zooomez

Zooomez est à l’origine d’une banque d’images dédiée à la valorisation du patrimoine, culturel, naturel et plus largement touristique de nos territoires.

Accessibles notamment à partir d’une carte diffusée sur Internet, ces médias sont réalisés spontanément par l’équipe de Zooomez ou dans le cadre de campagnes de collecte organisées avec des partenaires publics et privés.

Ils peuvent être intégrés dans des outils de communication très divers (cartes interactives, sites Internet ou blogs, bornes tactiles, appareils mobiles, casques de réalité virtuelle, vidéo…) et servir de supports à la réalisation de visites virtuelles multimédia.

Les origines

Ce projet Zooomez a été initié en 2011 par trois personnes, passionnées de balades, de découvertes et de photos. L’idée initiale était de partager, à l’aide d’une carte multimédia accessible gratuitement sur Internet, des médias interactifs réalisés lors de randonnées ou de visites.

Au fil des mois, de nouvelles visites de sites patrimoniaux ont été régulièrement ajoutées, dans le Languedoc-Roussillon mais aussi d’autres régions ; parallèlement, la carte s’est dotée de nouvelles fonctionnalités. Ce travail a été remarqué par la Ville de Montpellier et le prix de l’innovation a été décerné à Zooomez en 2012 dans le cadre de « Montpellier Territoire Numérique ».

Aujourd’hui, les fondateurs du projet souhaitent pérenniser le projet Zooomez et continuer son développement, notamment en mettant en place des partenariats avec des acteurs publics et privés de la culture, de l’environnement et plus généralement du tourisme, dans un échange gagnant-gagnant. C’est à ce titre que sont organisées des campagnes de collecte.

La carte

map3map4map5map6

Initialement centrée sur la région de Montpellier, la carte s’est progressivement étendue à d’autres départements. Elle donne accès, de façon conviviale à intuitive, à tous les types de médias que l’on peut consulter sur un ordinateur : photos 360, gigapixels, 2D, stéréoscopiques, visites virtuelles multimédia, vidéo, son, ressources libres, liens Internet…

Dotée de nombreuses fonctionnalités (modules de recherche, filtres, interface, calculs d’itinéraire…) la carte propose des milliers de photos panoramiques, le plus souvent organisées en visites virtuelles, essentiellement réalisées par les fondateurs de Zooomez.

Ces médias permettent au plus grand nombre de découvrir, de façon conviviale et interactive, de nombreux monuments, sites naturels, vestiges, musées, villes et villages… En outre, l’interface développée par Zooomez permet l’agrégation d’informations complémentaires, comme par exemple le site Internet ou la page Wikipédia du point d’intérêt, ce qui évite au visiteur de devoir consulter de multiples pages pour accéder aux informations essentielles.

La carte s’adresse aussi bien à des internautes du monde entier, qu’ils soient à la recherche d’une destination de vacances, ou souhaitent simplement découvrir notre patrimoine ; mais elle est également beaucoup consultée par des « locaux » qui peuvent ainsi se réapproprier leur patrimoine et devenir les premiers ambassadeurs de leur région.

Accéder à la carte

map1map2map7map8

Zooomez et le e-tourisme

Le e-tourisme (ou tourisme électronique) est défini sur Wikipédia comme “les activités du secteur du tourisme, sur Internet”. Il semble aujourd’hui impensable d’envisager de promouvoir une destination touristique sur le web sans utiliser de médias : dans ce cadre, la banque d’images développée par Zooomez peut jouer un rôle actif dans la valorisation des territoires.

C’est à ce titre que l’équipe de Zooomez participe régulièrement à des salons sur le thème du e-tourisme, à la rencontre des acteurs du tourisme qui, souvent, avouent manquer de médias qualitatifs pour valoriser leur destination.

salon2-300x169 salon4-300x169

Innovation

Un modèle de Partenariat Public – Privé – Participatif (4P)

Le projet Zooomez est à une interface entre :

  • des acteurs publics ou privés qui, tout en apportant leur expertise, peuvent contribuer à la production utiliser des médias dans leurs outils de communication et participer à leur réalisation en se mutualisant ;
  • des créateurs de médias, professionnels ou amateurs, qui trouvent une vitrine pour proposer et partager leurs productions ; 
  • et bien sûr les visiteurs et utilisateurs, qu’ils soient en recherche d’une destination de vacances ou de loisirs, d’outils pour illustrer un cours sur les châteaux forts, ou souhaitent trouver un site pour un tournage de film…

Des outils de communication mutualisés

La mutualisation de la production et de la diffusion des médias est intéressante à plusieurs titres, car elle permet :

  • de réduire de façon significative les coûts de production 
  • de fédérer les énergies et les compétences, en donnant un rôle actif et participatif à tous les acteurs du tourisme et de la culture, depuis le modeste musée local jusqu’à une communauté d’agglomération, voire un département. Étroitement associés à la collecte des médias, les participants peuvent ensuite plus facilement s’approprier les outils de communication.

Des médias immersifs, multimédia et multisupports

Le média 360 n’est pas, en soi, une innovation : les premières versions du « précurseur », QuicktimeVR, remontant à 1994 ! 20 ans déjà…

L’innovation réside dans son utilisation en tant qu’outil de communication, bien plus intéressante aujourd’hui qu’il y a 20 ans. Ce média est particulièrement bien adapté aux périphériques actuels : il peut être consulté aussi bien sur un site Internet, dans une application mobile, sur une borne interactive ou encore à l’aide de dispositifs innovants comme les lunettes de réalité virtuelle de type Oculus Rift. Mais il trouve aussi des applications pour des supports « papier », les images panoramiques – d’une résolution élevée – donnant une représentation originale de la réalité. Des vues 360 peuvent aussi être intégrées dans un montage vidéo.

Par ailleurs, l’évolution des outils de prise de vues et des logiciels de post-production, associés à la généralisation du haut débit autorisent une qualité bien meilleure qu’il y a encore quelques années.

Enfin, le média 360 permet de réaliser des interfaces de navigation, facilement évolutives, qui peuvent intégrer d’autres médias : photos, vidéos, sons, textes, liens Internet… et pratiquement se substituer à un site web « simple », avec une interface plus originale et attractive.

En savoir plus sur les usages des médias 360

Patrimoine et mobilité

phare2-169x300 escalier-stjeanluz3-169x300 71641-168x300 tour_-la-rochelle2-169x300

Qu’il s’agisse de personnes handicapées, de façon permanente ou temporaire, de seniors ou encore de femmes enceintes : en France, plus de 2 millions de personnes ne peuvent pas accéder physiquement à de nombreux sites, culturels ou naturels, en raison de problèmes de mobilité. Sentiers de randonnée, grottes, vestiges, édifices non adaptés – dont de nombreux monuments historiques – leur sont donc, en partie ou en totalité, interdits.

L’accès au patrimoine devrait pourtant être égal pour tous, en particulier dans le cas d’établissements recevant du public. Mais les aménagements à réaliser pour la mise en accessibilité sont parfois importants, et ne peuvent pas être envisagés pour des questions de coût, voire de préservation de ce patrimoine.

Quand la mise en accessibilité “physique” d’un site recevant du public n’est pas envisageable, il est souhaitable – et bientôt obligatoire – de proposer aux visiteurs qui le souhaitent des mesures de compensation afin qu’ils puissent découvrir le site dans des conditions aussi proches que possible de la « vraie » visite.

Proposer un telle alternative aux personnes à mobilité réduite permet en outre d’inciter ces visiteurs à se déplacer : ils sont le plus souvent accompagnés par leurs proches, et pour les opérateurs de tourisme qui font l’effort de proposer des solutions de compensation l’enjeu économique peut être, à terme, intéressant.

Dès le début du projet Zooomez, nous avions conscience que les visites virtuelles – parmi d’autres médias – pourraient être une alternative bien adaptée à la découverte “physique” d’un site ; l’apparition de dispositifs innovants – comme par exemple les lunettes de réalité virtuelle Oculus Rift – permet d’envisager des solutions immersives et interactives pour des budgets très raisonnables.

Par ailleurs, les personnes a mobilité réduite ne vont pas s’aventurer sur des sites qui ne leur semblent pas, de prime abord, praticables : des photos panoramiques, illustrant certains passages délicats du parcours, peuvent à ce titre leur permettre de mieux appréhender l’accessibilité de certains sites et d’envisager plus sereinement une sortie.

Plusieurs projets pilotes concernant l’accessibilité sont menés par Zooomez avec des partenaires publics et privés. N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus.

Sites fermés au public

toits_montpellier2 coeur_nd2

Pour des raisons de sécurité ou d’aménagements, certains sites ne sont pas toujours accessibles au public . Certains ne sont ouverts que pendant la période estivale, et des musées sont parfois fermées plusieurs années pour des travaux de réhabilitation. Et une fois une exposition temporaire terminée, il n’en reste que très peu de souvenirs. Une visite virtuelle peut alors donner accès au clocher d’une cathédrale, au donjon d’un château, aux réserves d’un musée ou à une exposition qui s’est tenue il y a plusieurs années.

Points de vue en hauteur

montgolfiere-850px-825x486

Les panoramiques réalisés avec un mat permettent à l’internaute d’accéder à un point de vue inhabituel, lui donnant une autre vision de son environnement.

A fortiori, les panoramiques aériens, réalisés en drone ou montgolfière, offrent des points de vue inédits et spectaculaires : ils permettent d’appréhender des territoires dans leur ensemble, de façon plus intuitive qu’une simple carte. Leur intégration dans des visites virtuelles permet une navigation interactive et documentée.

Enfin, une photo gigapixel, qui peut comporter plusieurs dizaines de milliards de pixels, donne à l’internaute la possibilité d’explorer un panorama dans ses moindres détails, avec un niveau de zoom parfois impressionnant.

Découvrir à distance

Par définition, une visite virtuelle permet d’explorer un site… virtuellement, donc sans se déplacer. Cet outil a un large champ d’applications : choisir une destination de vacances ou un hébergement, faire découvrir un musée à des élèves avant d’organiser une sortie scolaire, illustrer un cours sur le moyen-âge avec la découverte interactive d’un château, effectuer des repérages avant un tournage, partager ses expériences avec des proches une fois de retour de vacances… Ou tout simplement, explorer et découvrir des sites parfois hors du commun à travers des visuels qualitatifs.

Il est aussi possible d’augmenter notablement l’intérêt de ce support en l’associant à d’autres médias : un clic sur un téléviseur ouvre une vidéo, un tableau peut être agrandi et exploré en détails, il est possible de lancer un diaporama, de consulter un document texte ou encore d’écouter un commentaire audio…

Mais bien sûr, l’objectif de cette visite à distance est aussi d’inciter l’internaute à venir découvrir “physiquement” le site, s’il en a la possibilité : l’émotion qui se dégage d’une visite “réelle” est sans commune mesure avec ce que l’on peut ressentir devant un écran d’ordinateur…