L’Abbaye de Fontfroide

Home / L’Abbaye de Fontfroide

L'abbaye de Fontfroide

L’abbaye de Fontfroide voit le jour en 1093 au cœur du massif de Fontfroide, sur des terres données par le vicomte de Narbonne à quelques moines bénédictins. L’abbaye tire son nom des sources environnantes, Fons Frigidus, la Fontaine Froide.

Voir le 360 aérien

Résumé du témoignage

La fondation de Fontfroide remonte à la fin du XIe siècle. L’abbaye est construite au milieu de la garrigue, au sein du Massif de Fontfroide, complètement coupée du monde. C’est ce que recherchait les abbayes cisterciennes. A cette époque, beaucoup de moines s’étaient écartés du respect de la règle de saint Benoît, et les cisterciens cherchaient à en retrouver le respect. Pour cela, ils imitaient les premiers ermites des débuts de la chrétienté qui vivaient dans le désert, et ils cherchaient à construire leurs abbayes à l’écart des agglomérations, complètement coupés du monde.

La peste noire qui va traverser toute l’Europe à partir de 1348 va emporter ici la quasi-totalité de la communauté. On va se retrouver avec une toute petite communauté de moines. Les richesses, qui étaient déjà excédentaires par rapport aux besoins de la communauté, le deviennent encore plus, et ces richesses ont attiré des nobles.

Au début du XXe siècle, Fontfroide va être rachetée par Gustave Fayet, et dont les descendants sont toujours propriétaires des lieux. Ce monsieur était un grand amateur d’art, lui-même peintre et céramiste, créateur de tapis très étonnants, mais surtout collectionneur et mécène qui avait un œil hors du commun. Il recevait beaucoup d’amis artistes, le peintre Odilon Redon, le sculpteur Aristide Mayol, des compositeurs tels que Maurice Ravel ou Déodat de Séverac. Il y a eu donc une vie artistique à l’abbaye : une sorte de Villa Médicis privée avant l’heure.